Interview 2011

Date de publication : 24 juin 2015

Partagez

C’est devenu le rituel de début de saison, cette année encore, M Fleurent a accepté de répondre à nos questions !

Interview réalisée le 23/04/2011

Fraisp’fan : Merci de nous recevoir cette année encore. Je sais que ce n’est pas toujours facile de prendre du temps lors du jour de l’ouverture.

M Fleurent : C’est toujours avec grand plaisir que je reçois Fraisp’fan et ses membres, surtout le premier jour comme ça, ça marque le départ d’une saison.

FF : Cette année est encore une grande année pour Fraispertuis-City avec plusieurs nouveautés et améliorations. Commençons par la Tornade qui a ouvert aujourd’hui. Comment son choix a-t-il été fait ?

MF : En ce qui concerne la Tornade, effectivement, elle a été choisie parce que je cherchais un manège enfantin qui soit quand même assez sympathique et toujours pareil, dans l’idée du décor qui va bien.
Donc elle existait en rouge, qui ressemblait un peu à Old America, mais je l’avais vu avec la couleur bois. C’est ce que j’ai choisi pour permettre de différencier avec Old America. Y avais une petite place et faut aussi calculer selon les manèges qu’on met et puis là ça permettait aussi un peu de cacher le bateau pirate qui créé quand même du bruit donc à mon avis elle était bien placée et puis en plus, je pense que c’est un manège assez rigolo pour les jeunes, … pour tout le monde en fin de compte. Au début je pensais que c’était que pour les petits et je l’ai testé hier soir et je m’aperçois que c’est aussi bien pour les petits que pour les grands parce que ça va quand même assez vite.

FF : Cela fait plusieurs années que vous parlez de cette envie de nouveau coaster pour le parc. Cette année, ça y est. La machine est en marche. Comment ce modèle El Loco a-t-il été choisit parmi ce qui existe sur le marché ?

MF : Sur ce coup-là, c’est vous qui m’avez forcés ! (rires) À forces de me poser la question chaque années, il a fallu qu’on en trouve un ! C’est vrai que ça fait une paire d’année que j’en parle et que je cherche. C’est toujours pareil, on cherche à marquer notre petite différence. On a des voisins qui sont quand même assez audacieux et qui ont du bon matériel et donc il fallait trouver le coaster un petit peu d’exception.
Je connaissais la boîte S&S parce qu’on c’était approchés d’eux pour une première proposition sur un launch coaster (montagnes russes lancées) qu’ils avaient fait et qui était thématisé avec des tonneaux (Powder Keg à Silver dollar City). En fait on pars plus de la thématique. Bon là c’était ça, mais en plus il était très bien parce qu’il avait d’une part un lift à chaîne et une sorte d’ascenseur pour accéder à la rampe de lancement. Là c’est un modèle qui est aux États-Unis, c’était super, mais le prix était aussi … important !
Bien qu’on arrive en fin de compte, à y réfléchir, au même prix que pour Timber drop, mais le truc c’est que le launch n’est plus une nouveauté puisqu’avec Blue Fire à côté, on n’apportait pas quelque chose de nouveau. Et donc, pour avoir la longueur du circuit avec un launch, on se serait retrouvé avec quelque chose de pas très très grand. Et le launch coûte très cher en consommation et en investissement donc on est obligé de réduire le circuit si on veut rester dans des budgets acceptables.

Alors, après on a continué à regarder ce qui se faisait à droite à gauche. Dans la famille, on n’est pas fans de ce qui est Wild Mouse, virages un peu secs et on n’est pas non plus fans des spinnings. Et puis c’est vrai qu’il en existe et en sort de très beaux cette année comme à Bobbejaanland et au PAL. Donc c’est bien aussi de pouvoir apporter aux gens qui voyagent dans les parcs une différence.

Après, quand on est passé devant le moniteur sur le stand de S&S à Las Vegas, on a vu la vidéo d’El Loco, là j’ai vraiment trouvé quelque chose de très très sympathique au niveau sensations, qui me paraissait assez doux, confortable et puis voilà. Tout c’est enchaîné. Il y a eu les tests que je suis allé faire à Flamingoland l’année dernière mi-juin. Et puis je pense qu’on verra, mais le choix devrait être intéressant.

FF : En ce moment, on est en plein dans le chantier de Timber drop. Par rapport à la construction des anciens coasters du parc, quelles sont les différences ?

MF : Chaque construction est difficile puisque le Grand Canyon était quand même assez acrobatique parce qu’il y avait quand même un décor existant qui est la mine. Qu’on a en partie démontée mais qu’il a quand même fallu qu’on perce. On travaillait sur plusieurs niveaux différents puisqu’on était de -4 mètres au sommet. Pour la création des massifs, c’était assez compliqué, en plus il était au milieu du parc. Il fallait absolument qu’il soit ouvert pour le début de saison donc on l’avait commandé début septembre, le constructeur avait moins de boulot à l’époque et donc moins de délais et puis il avait l’avantage d’être en France.

Avec Timber drop, c’est différent, on l’a commandé plus tard, y a des délais plus longs. Normalement y a plus d’un an de délais pour ce genre de coasters. Étant un petit parc, on pouvait pas commander un an à l’avance, ça c’est quelque chose qui était difficile à faire, donc on n’a pas eu le choix au niveau de nos partenaires financiers que de le commander très tard, d’où l’ouverture aussi du 25 juin. Pour ça, pour le décor béton, parce que faire de la sculpture sur béton projeté au mois de janvier n’aurais pas été très judicieux, parce que même s’il a pas fait si mauvais par rapport à ce que j’aurais pu penser, les températures sont pas non plus adéquates pour faire ça.

Après une des différences, c’est la consommation de béton qu’on aura faite sur Timber drop puisque étant à 30 mètres de hauteur, avec des rails qui sont quand même très gros et des poteaux qui sont très lourds, automatiquement, on se retrouve avec un génie civile très important. Y a fallu beaucoup plus de béton mais bon, c’est une grosse entreprise spécialisée qui l’a fait et y a pas de problèmes, mais ça reste un gros gros gros chantier. Plus de 2000 m3, c’est colossal.

FF: Pour une nouveauté comme Timber drop, faut-il un permis de construire particulier, y a-t-il des contraintes à respecter comme la couleur ou la hauteur des bâtiments et manèges ?

MF : Alors, effectivement les premiers permis de construire qui avaient été déposés en 1966, quand on avait dit, on va faire un bâtiment western, ça n’avait pas très bien passé au niveau de l’acceptation. Aujourd’hui, la zone a été déclarée en zone loisir. Ça veut dire qu’au niveau des formes et des bâtiments, les administrations on bien compris qu’on pouvait faire n’importe quoi qui touche au loisir et du moment que c’est fait dans les règles de l’art de la construction. Après on est pas non plus dans une zone spécifique comme si on était proche d’un aéroport ou d’un aérodrome. Là c’est sûr que les 30 mètres, il faudrait peut-être des autorisations spéciales, mais là pour le coup, y a la colline qui nous protège de chaque côté donc même s’il fait du rase-motte… On commence à monter, mais avant de dépasser les sommets, on est quand même à l’abri pour une paire de mètres donc y a pas de déclarations spéciales.

FF : Pour revenir à Timber drop, comment sa thématique a-t-elle été choisie ?

MF : C’est jamais très évident, mais on avait réfléchi a pas mal de choses. En fait elle est quand même venue d’un constat. Y avais un projet de AAB pour rhabiller la fosse de la dernière boucle du Grand Canyon parce qu’elle est restée un peu brut à l’état comme on l’avais mise, avec un peu de crépis, mais elle a pas été fignolée. Je me suis rapproché d’AAB et ils m’avaient dit qu’on pouvait imaginer des séquoias, ou du moins des racines tombées dans cette zone. Ils m’ont déposés un projet fin août et moi à ce moment-là, j’étais déjà assez bien parti pour Timber drop donc j’ai dit à AAB qu’à mon avis je pourrais pas mettre l’argent dans cette zone et je voulais absolument que Timber drop ai une thématique.

Donc voilà, en réfléchissant, j’ai rappelé AAB en me disant pourquoi pas reprendre l’idée des séquoias et l’exploiter au niveau du coaster et puis au fil de la discussion, on est parti sur le thème d’une scierie. Bon c’est un petit peu embêtant puisqu’on avait ce thème qui était déjà au flum, mais on est dans les Vosges aussi et c’est une région de scieurs de bois donc faut pas en avoir peur. Et puis en plus, l’idée en même temps c’était de faire passer ce message de déforestation, reforestation avec le projet qu’on a dessus (1 arbre planté pour 500 personnes montées sur le Timber drop) et donc pour la thématisation proprement dite, c’est vrai que faire tourner autour d’un rocher, à 30 mètres de haut, s’il avait fallu faire un bloc, ça aurai été un peu lourd dans le parc, à savoir qu’en plus à côté il y a le rocher du canyon qui est déjà pas très beau, donc si demain on refait un rocher ce sera déjà celui-là. Si les finances nous le permettent, de le refaire faire par AAB par exemple, quelque chose de joli avec des roches qui ressemblent plus que notre crépis et puis je pense qu’il fallait le laisser un peu respiré.

Et puis c’était quand même rigolo de le faire chuter en partie dans le tronc tout en gardant les 113° à l’extérieur pour qu’on en ai bien la notion et qui va à mon avis bien accentuer l’effet puisque quand on va être dans la chute, on va se demander à un moment ou à un autre si ça passe les bras levés. Que tout le monde se rassure puisque les gabarits de sécurités vont être respectés à la lettre avec une marge en plus pour celui qui a vraiment les bras très très longs. Pour le coup, s’il a les bras qui touchent par terre quand il monte dans le train, on lui dira peut-être de les garder dans ses poches mais, ils sont très rares ces gens-là (rires) Donc après, AAB m’a fait quelques croquis et on est partis là-dessus.

FF : Combien de visiteurs espérez-vous accueillir cette année ?

MF : Y avais pas vraiment de pronostiques, on avait joués la carte de la prudence, c’est-à-dire, on avait dit qu’il faudrait au moins qu’on puisse financer le manège sans augmenter le nombre de visiteurs parce que ça c’est un peu la prudence au niveau financier.

Il se fait que le génie civil est beaucoup plus important que mes prévisions et malheureusement c’est des choses qu’on peut pas trop savoir quand on commande et c’est que quand on a des descentes de charges, que j’ai eu tardivement au mois de janvier, qui font que les calculs des bureaux d’études, qui eux ne prennent pas de risques et prennent toutes les garanties nécessaires, ne sont plus juste.

Et puis il y a la gare. Celle qui existe à Flamingoland ne couvre que le quai d’embarquement, moi j’ai voulu mettre à l’abri toute la gare parce que déjà la météo l’hiver c’est un peu embêtant. J’ai voulu cacher les wagons qui seraient éventuellement en attente sur le rail de stockage et donc mettre du décors plus la souche, le kiosque, bref, il faut quand même qu’on essaie d’avoir un peu plus de visiteurs sinon je crois que l’hiver prochain sera dur d’autant plus avec les aménagements dû à la construction de la Tornade, au bloc sanitaire de la zone pirate plus tous les aménagements qu’on a fait à droite à gauche.

On a un aménagement routier qui se fait en plus en parallèle et qui était pas prévu dans le budget mais qu’on est obligé d’accompagner (élargissement de la route devant le parc) Bref, y a plein de frais donc voilà, on croise les doigts pour atteindre l’objectif des 250 000 visiteurs. Si on en fait 249 999 on en fera pas trop un drame, par contre, si on en fait 216 000, je pense que l’hiver prochain sera très calme. Mais bon, c’est quand même rassurant de voir un petit peu les commentaires qui peut y avoir un peu partout, que ce soit sur internet, sur des magasines ou des télévisions locales voir même au-delà puisqu’il y a une chaîne allemande qui nous a appelé pour nous demander de les prévenir quand Timber drop serait installé. C’est pas non plus 50 000 visiteurs de plus qui vont venir d’Allemagne, mais ça veut dire qu’il y a vraiment un attrait autour de cette attraction qui se créé.

Y a beaucoup de forums étrangers qui en parlent et c’est assez rigolo parce que ça parle presque plus qu’en France. Ils sont presque plus pressés de cette nouveauté. Et puis on a la chance d’être proche d’Europa Park et comme c’est une destination de choix pour ceux qui aiment bien les parcs et comme on est tout près, les gens peuvent se dire qu’ils viendrons faire un crochet par Fraispertuis et donc voilà, on espère quand même 250 000 visiteurs, on y croit, c’est pour ça qu’il faut absolument que le 25 juin ça tourne.

FF : La route est en travaux et en ce moment, ce sont aussi les parkings qui sont en pleine évolution puisque l’entrée principale est à présent l’entrée N°2. Une nouvelle entrée thématique est-elle prévue ?

MF : C’est toujours le problème, on est dans la vallée et donc d’un côté on a la route qui longe le parc et de l’autre côté on a la forêt domaniale, donc après en fait, ce ne sont que des terrains qui sont à des propriétaires privés. Si demain on arrive à retrouver 2 hectares du côté de l’entrée 2, c’est sûr qu’on refait en sorte que tout passe par l’entrée 2 et donc là on peut imaginer quelque chose de très joli. On a déjà réfléchi à certains concepts avec une vraie entrée, avec une dizaine de caisses alignées, ou vraiment y a du débit.
Pour l’instant, tout reste quand même assez provisoire puisque tant qu’on n’a pas la capacité de mettre tous nos clients sur la même entrée on va continuer à tourner en alternance avec les deux entrées. Comme l’extension des parkings va se faire derrière la cavalerie on garde pour l’instant l’entrée 1. Donc soit le parc va s’écarter et puis y aura toujours des parkings de chaque côté, soit on aura la chance de pouvoir faire une seule entrée. C’est l’avenir qui nous le dira.

FF : La question est tous les ans délicates vu que la grande nouveauté de cette année n’est pas encore ouverte mais est-ce que 2012 nous réservera son lot de nouveautés ? Y a-t-il des pistes envisagées, des envies, des manques ?

MF : Justement, j’ai déjà passé commande chez B&M. (rires) Non en fait, j’ai plus ou moins répondu à la question précédemment. Disons que c’est conditionné au nombre de visiteurs. Alors, 250 000 c’est déjà pour dire que voilà, on a payé nos fournisseurs, on passe l’hiver avec le personnel à faire l’entretien de tout ce qu’on aura à faire, les aménagements et tout ça, après le plus fera qu’on investira sauf exception et originalité intéressante, on va certainement se tourner vers une année plus calme ou du moins qui permettra déjà de terminer toute la logistique parce qu’on aura des choses à terminer au niveau des parkings et tout ça. Y aura encore beaucoup de boulot à faire et donc faudra quand même le faire à un moment ou à un autre.

Autrement c’est vrai qu’il y a toujours le projet du « Small World » version USA, après faut trouver des choses sympathiques et originales, mais pour l’instant vraiment, aucune idées.

FF : Justement, ces derniers temps, les dark rides qui se développent utilisent de plus en plus de technologies pour les rendre interactifs. Ce type de technologies pourraient-elles arrivée à Fraispertuis ?

MF : On en a discuté avec Benoit Cornet d’Alterface, parce que j’ai quand même été l’un des premier client dans l’aventure Alterface. Je pense que eux le savent et d’ailleurs ils m’ont toujours apportés des avantages comme la version Pirate sans supplément, justement parce qu’il y a vraiment une reconnaissance de la société. C’était pas évident quand on a découvert à Vienne le projet un peu dingue. Derrière l’écran, il y avait des capteurs avec des fils en toiles d’araignées. La technique n’était pas au point du tout et en quelques mois, ils ont mis au point une technique qui fonctionne bien et qui se développe partout aujourd’hui et ils ont beaucoup de beaux projets.

C’est vrai qu’on en a rediscuté parce qu’il avait un petit système de dark ride interactif donc bon pourquoi pas mais bon dans le temps, on a du mal parce qu’après faut des mises à jour, faut le faire évoluer alors sur un écran de cinéma, on arrive encore à changer les films, après un dark ride, s’il évolue pas et que les cibles sont toujours les même. J’attends de voir ce qu’ils ont fait, mais bon pourquoi pas. C’est pas le truc qui me fait hyper bondir pour l’instant. À mon avis y a des autres attractions à trouver.

FF : Sans parler de l’année prochaine, pour le futur, est que vous avez prévu d’accueillir une autre attraction dans la zone de Timber drop ?

MF : On est un peu dans la configuration étroite. On a de la réserve foncière derrière la cavalerie, donc on repousse à chaque fois, mais on essaie de garder toujours nos attractions concentrées parce qu’on n’a pas non plus 150 hectares de disponibles autour du parc. Et donc on est un peu comme Phantasialand, on serre un peu les attractions, on essaie de pas gaspiller le mètre carré tout en essayant de garder un peu de nature.

C’est vrai qu’à côté de Timber drop y a l’atelier de maintenance menuiserie qui disparaitra prochainement puisque là il va déjà être diminué et les menuisiers n’auront plus assez de place pour travailler. Donc voilà on pourra certainement récupérer de la place, y a le train qui peut aussi aller un peu plus loin tourner. Malheureusement, c’est vrai qu’avec le flum, on pourra jamais lui faire faire le tour par derrière mais bon, même dans les gros parcs, à Port Aventura par exemple, il passe côte à côte dans les deux sens. Donc voilà, je veux dire par là que le parc se développera plus vers Timber drop. On trouvera toujours je pense des manèges sur la thématique du bois pour le secteur là.

FF : C’est vrai qu’il y a eu le quartier mexicain et la crique des pirates, le fait que Timber drop se situe près du Flum et que la Tornade soit en face du Old america est-il un hasard ou le découpage en quartier continue peu à peu ?

MF : On mettrait pas, enfin on éviterai je pense de mettre un truc indien entre Timber drop et le Flum. C’est clair que dans les secteurs là, on va tâcher de garder ça. Après je pense, je vous l’avais déjà dit une fois que si demain on fait un quartier indien, puisqu’on est quand même dans le thème. On ferait un quartier, mais plus gros et bien délimité.

FF : Autre question qui revient souvent dans nos interviews. La question des animations de rues et des spectacles ?

MF : Alors, les animations, c’est ce que je dis toujours, la politique de Fraispertuis-City c’est toujours qu’on veut que les visiteurs du début de saison aient les mêmes prestations que ceux du milieu, que ceux de la fin, … parce que c’est le même prix et puis souvent ils viennent dans des conditions pas toujours évidentes et malheureusement en début de saison, on a des journées vraiment très petites et c’est embêtant de faire se produire des artistes, quatre séances, … maintenant si le parc amène des nouveautés, il espère amener de nouveaux clients et on le voit aujourd’hui pour un premier jour, du aussi aux vacances, à la météo qui est excellente, on est fin avril alors que d’habitude on ouvre plutôt autour du 12 – 13 donc on a presque 10 jours de décalage. Mais on voit que c’est une belle journée parce que je crois que pour un premier samedi d’ouverture on doit être a 4 ou 5 fois plus de visiteurs que les samedi qu’on a fait jusqu’à présent donc c’est encourageant et donc effectivement si on commence a avoir une vraie clientèle, pourquoi pas avoir un spectacle de rue.

Moi j’ai toujours un peu peur avec ça parce qu’on n’a pas des grandes rues. On essaie quand même de se créer un chemin, j’veut dire, dans la conception du parc, garder une allée plus important ou éventuellement il pourrait y avoir quelque chose comme ça, enfin bon on en est loin. Et puis le problème des spectacles, c’est bien mais faut en faire tout le temps parce que moi j’estime que les gens qui mettent des spectacles, ils augmentent le prix d’entrée et l’année d’après, si le spectacle disparaît, ils baissent pas le prix d’entrée. Et là-dessus, c’est pas génial. À partir du moment où on pars là-dessus, parce qu’un spectacle ça coûte horriblement cher, les artistes, c’est normal qu’ils soient correctement rémunérés. Donc ça coûte et c’est normal de répercuter ça sur le prix d’entrée et donc après tu es condamné à avoir tout le temps des spectacles. Donc soit tu fais comme à PortAventura ou chez mon collègue à OK Corral un grand amphithéâtre où t’as des spectacles que tous les ans tu renouvelles ou alors tu te lances vraiment mais tous les ans faut retrouver des choses. C’est pas impossible, c’est demandé par les visiteurs.

FF : La mascotte qui est arrivée il y a finalement peu de temps (2009) et qui fait maintenant de régulières apparitions dans le parc a pourtant un beaucoup de succès auprès des visiteurs.

MF : Oui, c’est vrai et à mon grand étonnement. Je suis assez stupéfait mais c’est vrai qu’il était difficile de la mettre en 3D à l’époque de l’ancien logo. On l’a rajeuni et il est beaucoup plus facile de l’avoir en 3D et donc de l’avoir mis en mascotte mais c’est vrai que moi je suis étonné de voir l’attrait qu’on les enfants et les gens pour la mascotte. Et pourquoi pas un jour avoir une nouvelle mascotte Pirate avec. On y réfléchit. Alors, cette année, y a eu beaucoup de choses et on n’a pas eu le temps, mais voilà, faut en garder pour les prochaines années.

FF : Une ouverture du parc pour la saison d’Halloween est-elle envisageable ?

MF : Non. Je dis non clairement pour la simple et bonne raison que le parc est vraiment dans une vallée. Il est vraiment incurvé entre deux grands vallons qui font qu’à partir de fin septembre, une très grande moitié du parc, si on trace un trait de l’entrée 2 jusqu’à la Cavalerie, toute la partie Mexique et tout ça se retrouve totalement dans l’ombre, dans l’humidité, dans la fraicheur et cette année par exemple, aux alentours du 15 octobre on a trouvé déjà 5 millimètres de glace dans des tonneaux du côté de la crique des pirates parce qu’il y avait gelé et comme ça ne voit plus le soleil, ça ne dégèle pas et donc c’est vraiment plus agréable donc malheureusement, on est condamné à pas faire Halloween, pourtant que c’est une fête bien américaine. Donc je pense que ce sera vraiment une chose qu’on fera pas. C’est à mon avis difficilement réalisable et après ce sera pas agréable pour nos visiteurs, hormis imaginer un dôme de 5 hectares qui viennent recouvrir le parc. (rires)

FF : On arrive petit à petit à la fin de cette interview. Est-ce qu’il y a une question que j’ai oublié de poser ?

MF : Non, pas une question, mais plutôt un commentaire qui va avec Fraisp’fan et les forums parconautiques en général que je continue à regarder beaucoup et c’est toujours avec beaucoup d’attention que je retiens ce qui est dit. Que si certains pensent que je suis bien au-dessus de se qui ce dit sur les forums, ils se trompent parce que je suis aussi au courant voir peut-être plus qu’eux de tout ce qui se dit sur le parc. Qui peut être constructif ou blessant, mais ça ne me dérange pas plus que ça, ça m’amuse mais j’en tiens compte. Y a de très bonnes réflexions. Je remercie par l’intermédiaire de Fraisp’fan et des autres forums tous ceux qui ont pu apporter des idées ou des commentaires.

Alors, après, est-ce que ça vient d’eux, ça vient pas d’eux, je sais pas. C’est souvent un rassemblement de commentaires qui fait que c’est toujours intéressant d’avoir les avis et j’espère ne pas les décevoir avec Timber drop et qu’ils viendront au moins le tester. Après ils me diront si vraiment c’était pas un bon choix ou autre, mais je pense pour l’avoir testé et pour voir la qualité des rails je pense qu’on devrai quand même avoir de belles sensations sur ce coaster donc merci à ceux qui lisent Fraisp’fan et qui participent aux forums et puis qu’ils continuent à soumettre toutes les idées parce que dans toutes les idées qu’ils donnent, il y en a des bonnes.

Un petit mot aussi sur le petit journal du parc. Je suis très content qu’il soit ressorti cette année parce que j’avais un petit peu les boules l’année dernières de ne plus l’avoir. Le journal d’avant était effectivement trop grand, cette année il sort sous une autre forme qui est plus petite et qui est sympathique et permet de faire passer des messages et remerciements réels aux personnes. Il y a des infos sur le parc et je trouve que c’est quelque chose qui est bien a Fraispertuis. Je pense pas qu’il y ait beaucoup de parcs de notre taille qui fasse ça. Et c’est vraiment quelque chose qui est à mon avis sympa et que même si les gens ne vont pas faire un compliment sur un bout de papier, je pense qu’ils le regardent avec intérêt et puis ils apprennent des choses.

FF : Super, un grand merci monsieur Fleurent ! Bonne saison 2011, pleine de soleil et de visiteurs et encore bon courage à toutes les équipes qui sont sur le parc et sur le chantier de Timber drop.

MF: Le plus dur reste à venir. Merci à vous !

Encore merci à toutes les personnes qui m’ont soufflées des questions, j’espère qu’elles y auront trouvées des réponses !


Partagez